découvrir les projets
exposition

École Babeuf.

Hélène Rosselet-Ruiz

This is some text inside of a div block.
Artiste
Hélène Rosselet-Ruiz
en immersion

voir la vidéo
en immersion

Écouter

Retour d'expérience

Joies & Tracas (des vies d'Aubervilliers), projet documentaire sur le rapport à l'habitat

Les enfants grandissent dans une société complètement tournée vers l’image. Il y en a partout, tout le temps. Ce flux indéfini est une réalité : que ce soit via leurs téléphones portables, les applications qui mettent en jeu l'image qu’ils veulent donner d’eux-mêmes (Tik-tok, Instagram, Snapchat, etc.), ou la télévision en continu, Twitch, YouTube. Ils se définissent, ainsi que leur rapport au monde, par rapport aux images qui inondent leur quotidien.

Ces images et leur montage ont parfois peu avoir avec le cinéma. Pour autant, elles peuvent constituer un pont qui permette d’y accéder, de s’en rapprocher.  À un âge où ils sont encore en pleine construction, où leur regard se façonne, je voulais donc leur proposer un atelier cinématographique lié à la pratique et au regard documentaire.


Tout au long de l'année, nous avons abordé le documentaire et la question de l’habitat. Nous avons regardé des films ou des extraits documentaires qu’ils ont discutés, interrogés : de Beppie en passant par Dernier jour à Shibati ou Jacquot de Nantes. Parallèlement, à travers leurs écrits, leurs dessins, leurs paroles, nous avons travaillé à faire se rencontrer les habitants qu'ils.elles sont, leurs idées, leurs ressentis d’un côté, et l’habitat, l’espace de vie, les murs, de l’autre. Dans un dialogue entre les deux, qu'incarne leur parole autant que celle des personnes qu'ils ont filmées, la construction du film a avancé progressivement et nous a occupés toute l'année.

Très concrètement, ils ont imaginé et choisi les questions des entretiens, qu'ils.elles se sont posées les un.e.s aux autres, puis à leurs invité.e.s. Après une initiation pratique, ce sont elles.eux qui, chacun leur tour, tenaient la caméra, choisissaient les cadres, la distance, enregistraient le son. Pour les images d'illustration, les enfants nous ont guidés dans leurs quartiers et ont décidé de ce qu'on filmait, comment. Dans un dialogue avec moi, mais entre elles.eux surtout. Nous avons parfois refait plusieurs fois, de sorte que chacun.e pense être allé.e au bout de ces entretiens. Cela, en plus de la rédaction de textes, de dessins, d'échanges, nous a occupés tout au long de l'année.

Les projets réalisés
Saint-Ouen

École Paul Langevin.

Héloïse Fressoz
Gennevilliers

École Gustave Caillebotte.

Johanne Deffarges
Montreuil

Collège Césaria Evora.

Marceau Deschamps-Segura